EDF Bas Carbone

Bordeaux // 2017
Etude sur la création d'un quartier Bilan Carbone 0
Bilan carbone Zero, E+C-
  • Localisation : Territoire Palun - Bordeaux
  • Programme : Logements, bureaux, platefomes d'échanges, platerforme d'échanges, Observatoire du paysage, du carbone et du climat.
  • Maitrise d’ouvrage : EDF, Caisse de dépôt et Ville de Bordeaux
  • Equipe : 
    • Architectes: FUSO + BOM
    • Urbanistes: HAME
    • Paysagiste: LS2 paysage
    • Ing. en mobilité durable, transmission énergétique et cadre de vie: Carine Dunogier (INGEROP)
    • Ing. en énergie, bilan carbone et cycle de vie: ECIC
    • Conseil en paysage et adaptation climatique: Atelier Colin & Poli paysage
    • Illustrations à la main: In prozess
    • Ecriture: Fanny Léglise

A travers plusieurs médias -dessins, fables ou lexique- le projet Palun 15 %, Paysages, énergies, humanités en 2050 fonde un imaginaire alternant entre utopie et réalités plausibles.

Il érige biodiversité, légèreté et poésie des énergies naturelles en valeurs essentielles, capables de porter l’identité de la Jallère et par là, le devenir de la métropole bordelaise.

Le territoire Palun s’ancre dans les paysages humides de l’Estuaire de la Garonne et dépasse volontairement les limites de la parcelle de la Caisse des Dépôts et Consignations pour mieux souligner les potentiels des territoires de la rocade et de la ceinture verte.

Cette échelle optimale s’avère la seule à même de traiter les grandes problématiques carbone, porter des rêves et renouveler les pratiques. Véritable lien métropolitain orchestré autour de la vallée des jalles et de son axe structurant, la « Ja-Line », le territoire guide le projet. Il lance un défi  : s’attaquer aux derniers bastions du carbone post-facteur 4, auxquels les 15 % font référence.

Basé sur 8 grands principes, il invente et bouscule l’agriculture, la logistique, l’économie, la construction comme les énergies de demain, en associant les acteurs publics et privés du territoire.

Un avenir se dessine, du Port jusqu’à St-Médard-en-Jalles ; il concilie les contraires autour d’ innovations ambitieuses : nouveaux métiers, machines créatives et matériaux inventés, issues d’ancrages géographiques fondamentaux comme l’inertie, la ventilation ou le climat. Un futur qui autorise expérimentations, réajustements, espaces en attente ou en mouvement.

Le quartier de la Jallère se fait prolongement de ce paysage. Les bâtiments de bureaux existants sont conservés et deviennent repères. En s’alliant autour de services mutualisés et de programmations évolutives, ils bousculent les méthodes classiques du projet urbain. L’énergie et les ressources rendues visibles s’enrichissent à l’infini. Des marqueurs, comme le réseau géogrid ou les tchanques (fines structures basée sur la figure du château d’eau), favorisent le développement du quartier selon un principe d’autonomie vertueuse, amplifiant à la fois la conscience et la résilience du quartier, la solidarité extérieure et la sobriété des macro-réseaux nationaux.

Parmi eux, la CDC, renommée l’EXO joue un rôle fondamental à toutes les échelles. « Régie du paysage », université du dehors et nouvelle centralité locale, elle se constitue progressivement au gré du développement d’un programme qui profite des qualités intrinsèques du bâtiment : structure béton, toits terrasses, cour intérieure.

Le quartier se densifie peu à peu au rythme de ses nouveaux habitants et amplifie le paysage des jalles, crastes ou esteys. Les nouvelles constructions bénéficient des services et expériences de l’EXO.

Pour dépasser les démarches ultra-technologiques ou tout recyclage, Palun 15 % esquisse de nouvelles associations entre low et le high-tech basée sur l’intelligence du vivant : micro climats, bulles à condensation, structures ultra-légères ou à fortes inerties sont présentés comme les nouveaux ingrédients de la construction de demain.